MADELEINE, UN NOM, UN ADJECTIF

Publié le par le chaponoir




MADELEINE Acte 2


EXPRESSION
Madeleine a longtemps sous-entendu
un comportement autant qu'il était appliqué au sexe masculin, supposé fort, pouvait frapper du sceau de l'infamie ou susciter un singulier désarroi.

Les spécialistes de l'ancien français connaissent l'expression attestée dès 1223 faire la madeleine, c'est-à-dire affecter le repentir avec une extériorisation feinte à but d'émouvoir ses juges ou ses pairs. Pleurer comme une madeleine, une expression populaire attestée dès 1833, mais probablement antérieure, est synonyme de pleurer à chaudes larmes.

L'allusion à Madeleine, voire à sainte Madeleine dans des bouches profanes ou hypocrites a gardé longtemps une connotation de péché de chair ou de prostitution. Le dictionnaire d'Antoine Furetière édité en 1690 nomme Madelonnette une fe


Madeleine peut désigner :

  • Madeleine, un prénom d'usage en français, qui provient du prénom Magdalena en latin biblique d'origine hébraïque. Magdalena désigne simplement dans l'évangile une femme de Magdala, bourgade de Galilée qui a été une belle pêcheresse avant de suivre Jésus-Christ.
  • Un produit de cueillette, de chasse ou de pêche à la Sainte Madeleine, fêtée le 22 juillet. Le mot qualifie en particulier à l'âge classique des variétés de fruits qui mûrissent à cette période de l'année. Il peut s'agir de pêches, de prunes, de pommes, de poires ou de raisins. Plus tard, une pêche-madeleine est connue en 1715. Madeleine est le nom d'un cépage précoce, à usage de raisin de table. Les madeleineaux désignent des jeunes saumons qui apparaissent durant cette période dans les eaux bordant le golfe du Saint-Laurent.
  • Une madeleine, un vieil hospice chrétien proche d'une voie ou d'une route ancienne qui a pu évolué à l'époque médiévale en maladrerie, lèproserie, hospital, chapelle... souvent à l'origine de toponymes actuels.
  • Une spécialité pâtissière lorraine, la madeleine inventée par Madeleine Paulmier, cuisinière au service de madame Perrotin du Barmon ou de Baumont. En 1769, les gâteaux à la Madeleine sont des petits gâteaux à pates molles de formes arrondies. Ce gâteau qui prend vite diverses tailles et formes de coquillage est promu par la cour lorraine du roi Stanislas auprès de la bonne société mondaine de l'Europe des Lumières. Sous l'Empire, les magdeleines sont déjà sur les tables bourgeoises avant de devenir une friandise populaire après 1845.
  • Au pluriel, les madeleines désignent en français de la Belle Epoque le fer à plisser le linge.

L'art chrétien a abondamment représenté Madeleine sous forme de belle séductrice ou de repentante. La chanson et le cinéma continue cette veine bien au-delà de cette tradition 



"PLEURER COMME UNE MADELEINE"

Cette expression est une référence à la Bible. Celle-ci raconte l’histoire de Marie, de la ville de Magdala, plus tard nommée Marie Madeleine. Cette femme était une ancienne prostituée, qui se présenta à Jésus lorsqu’elle apprit qu’il était à Magdala. Elle se mit à ses pieds, les arrosant de ses larmes et de parfums, tout en les séchant avec ses cheveux alors qu'elle lui confessait ses pêchés. Jésus lui pardonna, et Marie Madeleine devint sa plus fidèle disciple. Lors de sa résurrection, c’est à elle que le Christ se présenta en premier. Aujourd’hui, une Madeleine ou une Marie Madeleine désigne une ancienne prostituée, et l’on dit d’une personne qu’elle "pleure comme une madeleine" lorsque l’on trouve que ses pleurs sont excessifs ou non justifiés.



Madeleine est un prénom, mais aussi un nom de commune , étrangéres, un nom 'île, de personages de fiction, un nom d'édifices plus ou moins connus, un nom de personnalité etc..
Remercions tous ces sites qui nous permettent de découvrir ce mot,, ne citons que l'internaute, wikipédia, nominis, nos archives personnelles, les veillées et les veillées des chaumiéres, Larousse et autre Robert etc..
Nous découvrons au fil des recherches des inédits, nous ne pouvons tous les publier, mais vous invitons à consulter tous ces documents qui redonnent un peu d'espoir en ces temps difficiles
LE CHAPONOIR


Publié dans ECHOS DIVERS

Commenter cet article