FRANCE 2 AOUT - QUI FETONS NOUS

Publié le par le chaponoir






Julien

Giuliano, Julian, Julianne, Juluan

Pierre-Julien

Saints, Saintes et Fêtes du Jour



Saint Pierre-Julien Eymard
Fondateur des pères du Saint-Sacrement (+ 1868)

Fils d'un boutiquier de village dans la région de Grenoble, il fut d'abord prêtre séculier. En 1839, il entre chez les Pères maristes dont il quitte la congrégation en 1856, à la suite des apparitions qu'il reçut de la Vierge Marie, le chargeant de fonder un institut sacerdotal voué à l'adoration perpétuelle du Saint Sacrement. Ses dernières années furent remplies de souffrances venant de ses religieux qui n'avaient plus confiance en lui. "Donnez-moi la croix, Seigneur, disait-il, pourvu que vous me donniez aussi votre amour et votre grâce."

Site européen des
Religieux du Saint Sacrement.

Un internaute nous écrit: "Né le 4 février 1811 à La Mure (Isère) dans une famille d’artisan profondément chrétienne, Pierre-Julien, après un essai chez les Oblats à Marseille, a été ordonné prêtre de Grenoble en 1834. Pendant 5 ans, il exerce son ministère dans son diocèse d’abord comme vicaire à Chatte puis comme curé à Monteynard. En 1839, il entre chez les Maristes et, pendant 17 ans, y exerce des charges variées : directeur spirituel au collège de Belley en 1840, assistant général du P. Colin à Lyon en 1844, puis visiteur général et directeur du Tiers-Ordre de Marie en 1846, enfin supérieur du collège de La Seyne-sur-Mer en 1851.

A la suite d’une ‘grâce de vocation’ reçue à Fourvière le 21 janvier 1851, il se sent appelé à créer un corps religieux destiné à promouvoir le culte de l’Eucharistie. Après bien des épreuves, il quitte la Société de Marie et fonde à Paris le 13 mai 1856 la Société du Saint-Sacrement, institut contemplatif et apostolique, avec l’adoration du Saint-Sacrement et des œuvres pour les laïcs, notamment la Première communion des adultes et l’Agrégation du Saint-Sacrement. En 1858, avec Marguerite Guillot, une tertiaire lyonnaise qu’il a accompagnée, il forme la branche féminine des Servantes du Saint-Sacrement, à laquelle Mgr Angebault, évêque d’Angers, conférera en 1864 son statut canonique. En 1865, le P. Eymard reçoit à Rome une grâce singulière, celle du don total de lui-même à Dieu – le ‘vœu de la personnalité’. Adorateur et prédicateur infatigable, il révèle à Paris, en province et en Belgique la richesse de l’Eucharistie et il invite les fidèles à la communion fréquente. En réponse aux défis de son époque, il promeut une spiritualité animée par l’amour et dont l’Eucharistie est la source et le terme. Épuisé, il meurt à La Mure le 1er août 1868. – Béatifié par Pie XI en 1925, canonisé par Jean XXIII le 9 décembre 1962 à l’issue de la 1e session du concile Vatican II, saint Pierre-Julien Eymard a été inscrit en 1995 au calendrier liturgique de l’Église à la date du 2 août.


Cet ‘apôtre éminent de l’Eucharistie’, fondateur de deux Congrégations répandues sur tous les continents, a laissé une nombre considérable de manuscrits. Ceux-ci ont fait l’objet d’une édition électronique, accessible sur le site
www.eymard.org et d’une édition imprimée, ses Œuvres complètes en 17 vol., Centro eucaristico, Ponteranica (Italie) et Nouvelle Cité (France), 2008."



Autres Saints et Saintes du Jour


Saint Auspice Évêque d'Apt (1er s.)

Saint Basile (+ 1552)

Saint Bohairie (+ 623)

Sainte Etheldrite (+ 834) Ier Pape (23 ème) de 254 à 257 (+ 257)

Verceil Évêque (+ 371)

Saints Friard et Secondel (+ 573)

Saint Guntaker (+ 1075)

Saint Pierre d'Osma Évêque d'Osma (+ 1109)

Bienheureux Pierre Favre (Lefèvre)Jésuite, premier prêtre de la Compagnie de Jésus (+ 1546)

Saint Rutiliusmartyr en Afrique (+ v. 212)

Saint Serenus de Marseille Évêque de Marseille (+ 601)

Sainte Théodote (4ème s.)


Sourde nomidis, wikipédia, les Veillées des Chaumiéres 

Publié dans ACTUALITE

Commenter cet article