FONCTIONNAIRES ! NOUS EUX TROP C'EST TROP

Publié le par le chaponoir



émoticônes baston animé 011émoticônes animé 048

REPARLONS DES FONCTIONNAIRES, NOUS N’AVONS RIEN CONTRE ;

MAIS TROP, C’EST TROP, QUAND ON ENTEND LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL QUI RECLAME DES SOUS A l’ÉTAT ? COMBIEN A-T-IL EMBAUCHE DE FONCTIONNAIRES ? MAINTENANT IL NI Y A PLUS DE QUOI ACHETER DU SEL, EN SOCIAL PLUS DE 70 NOUVEAUXEMPLOIS POUR QUOI FAIRE ? EMBAUCHEZ LES COPAINS C’EST BIEN MAIS IL FAUT ASSUMER, PARTIR A CUBA AVEC TOUS SES CONSEILLERS, EN PLUS FEMMES ET AMIS COMBIEN CELA A COUTE ?

RECU UN TEMPS  MINIMUM PAR LES AUTORITES DONT LE SURNOM QUE LES COPAINS ONT AFFUBLES LE PRESIDENT : « LEADER MINIMO ! »

NOUS REPARLERONS DE LA TAXE PROFESSIONNELLLE, LES NOUVELLES YAXES VONT RAPPORTEES PARIELLES, MEME PLUS POUR CERTAINES COMMUNES ET AUTRES CONSEILS …

LES MUSICIENS DEVRAIENT CESSER DE JOUER, QUAND ON VOIT UN COMITE DE DEFENSE DES TRAINS A CULOZ : QUE DES GAUCHISTES ! ET QUI EST RESPONSABLE DES FERMETURES DE GARES ET DE LIGNES ? LE CONSEIL REGIONAL ! QUI COMMANDE LE CONSEIL RÉGIONAL ? LES GAUCHISTES, BEN VOYONS MESSIEURS DEMANDEZ DES EXPLICATIONS A VOTRE POTE JEAN JACQUES AYEZ DES c… AU c…

Les fonctionnaires, privilégiés ou victimes de la crise?

Violette Robinet -  03/02/2010 15:17:00 

Le projet de décret qui prévoit la possibilité de licencier des agents de la fonction pulique déchaîne les passions. Beaucoup d'internautes de L'Expansion.com estiment que ce sont des fainéants. Mais les fonctionnaires ne se laissent pas faire. Revue de commentaires.

Dès le début, certains internautes recadrent le débat et rappellent que le licenciement des fonctionnaires n'est pas inédit. "Rien de nouveau : les fonctionnaires territoriaux sont dans cette situation depuis 1983" indique Etienne Froese. Mais la discussion tourne rapidement à la rixe verbale.  

Au fil des commentaires, deux postures se distinguent. Une majorité d'internautes, travaillant pour la plupart dans le privé, se réjouissent de ce qu'ils considèrent comme la fin d'avantages corporatistes. Robespierre0007 explique: "Il est juste que l'écart (le grand écart....) entre fonctionnaires et privés se réduise. C'est une valeur républicaine, l'égalité".

En ces temps de crise, les internautes se lâchent, s'éloignant souvent du débat de départ, et les fonctionnaires en prennent pour leur grade. "À l'heure où beaucoup de monde se retrouve au chômage, je trouve particulièrement indécent de se permettre de refuser plus de 3 propositions de postes sous prétexte que l'on ne risque pas d'être licencié. Même les plus mauvais et les plus fainéants sont garantis de garder un emploi" s'indigne Alfredos. "Stop aux privilèges d'une caste au détriment de ceux qui subissent seuls toutes les conséquences de la crise et qui doivent toujours payer plus pour les privilèges de ces enfants gâtés de la République" lance à son tour Hs47.

Pas en reste, les fonctionnaires rétorquent. Fifi répond par exemple : "Fonctionnaire=fainéant. C'est bien connu... pour ceux qui ne le sont pas. Actuellement, avec les suppressions de postes, nous sommes amenées à effectuer le travail de deux. La qualité s'en voit détériorée". Bbr frappe lui aussi : "Qu'on arrête de faire penser aux gens que les fonctionnaires sont des planqués qui refusent de travailler". Pédagogue, G223 explique : "Quand on passe un concours de la fonction publique, on ne choisit pas librement son futur poste et son lieu de travail. Je suis du sud et après mon concours, j'ai été affectée dans le département des Hauts-de-Seine". 

Mais c'est sans doute Rayak qui exprime le mieux le désarroi de la fonction publique : "Il y avait des avantages à avoir des fonctionnaires. C'est en général des gens reçus sur concours, compétents, sérieux et peu payés. Ils acceptaient leur faible salaire contre la sécurité de leur situation ainsi que 37.5 années de carrière pour partir en retraite. L'État a cassé rétrospectivement ce contrat d'embauche qu'il avait signé, et sans indemnité". Du même avis, Jeremy971 renchérit : "L'Etat est en train de se saborder lui-même pour des raisons de budget. Il y avait peut être d'autres moyens moins radicaux pour purger les finances". Le débat continue...

Emploi

"François Fillon introduit l'idée de précarité chez les fonctionnaires"

Propos recueillis par Anne-Lise Bertin -  03/02/2010 12:23:00 

Manifestation de fonctionnaires contre la réforme du service public et les suppressions de postes, à Paris le 21 janvier 2010.

 

Le Premier ministre a déclaré que, avec le projet de décret sur la "réorientation professionnelle des fonctionnaires de l'Etat", ces derniers "auront plus de garanties que dans la législation précédente". La réaction du secrétaire national de l'Union des fonctionnaires CGT, Vincent Blouet.

Ce matin, François Fillon a déclaré sur Europe 1 qu'avec le texte en préparation sur la réorientation professionnelle des fonctionnaires de l'Etat, ces derniers "auront plus de garantie que dans la législation précédente". Qu'en pensez-vous?

C'est une plaisanterie. Aujourd'hui, les fonctionnaire sont titulaires de leur grade. Ils ont passé un concours, à un moment donné, pour remplir une mission précise. Aujourd'hui, on leur dit qu'ils doivent se former pour une autre mission, hypothétique puisqu'ils ne sont pas sûrs de trouver un emploi au bout. Mais ils n'ont pas été recrutés pour cela ! Prenez mon cas personnel. Je suis archéologue pour l'Etat. Mon secteur est concerné par les révisions et avec ce décret, on pourrait me proposer de devenir vérificateur dans un musée. Je suis désolé, mais ce n'est pas ce pour quoi j'ai intégré la fonction publique.

Le Premier ministre a également affirmé que le licenciement des fonctionnaires n'était pas une nouveauté. C'est vrai?

C'est exact. Un fonctionnaire qui refuse un poste équivalent au qu'il occupe peut être remercié. Mais personne ne refuse un poste qui correspond à ce pour quoi il a été recruté. Le problème, c'est de pouvoir être licencié si on refuse un poste en décalage avec nos missions originelles.

Plus largement, quelles sont les conséquences de ce décret pour le statut de fonctionnaire?

Il introduit l'idée de précarité dans les têtes des agents de la fonction publique, qui se pensaient épargnés par ce fléeau qui frappe le privé. Sans même parler des licenciements, imaginez que, avec cette loi sur la mobilité, on pourrait envoyer un fonctionnaire à Toulouse alors que toute ma famille est à Metz. C'est absurde. Si la France est un des pays qui a le plus bas niveau de corruption au monde, c'est parce que le statut des fonctionnaires leur permet de résister aux pressions extérieures. Le remettre en cause est à cet égard particulièrement dangereux.

 


Vite au lit
FONCTIONNAIRES EN FIN DE JOURNEE

Publié dans CHAPONOIR

Commenter cet article

monana 09/04/2010 22:52



Insupportable, on a l'impression de se faire engueuler avec les majuscules...